Peut-on vivre dans une pièce humide sur le long terme ?

En France, plus d’un logement sur cinq est touché par un problème d’humidité. Outre l’inconfort et les conséquences malheureuses sur l’esthétique d’une pièce ou la valeur d’un bien, la présence de moisissures ou d’une infiltration d’eau peuvent sur le long terme se révéler préjudiciables pour la santé.

Problème d’humidité : un environnement peu sain

Si le taux d’humidité d’une pièce est constamment au-dessus de la normale (60% au plus pour une chambre), des moisissures peuvent apparaître et s’installer de manière durable. Couplées au chauffage, elles forment le terreau idéal au développement des bactéries. Des études scientifiques ont clairement établi un lien de causalité direct entre l’humidité d’une habitation et la fréquence de problèmes sanitaires. Par ailleurs, il a été démontré que le temps d’exposition joue un rôle cardinal dans le développement de maladies diverses.

Les risques sanitaires d’une humidité qui s’installe

La conséquence la plus fréquente sur l’organisme d’un problème d’humidité persistant est l’irritation des voies respiratoires et son cortège de symptômes : toux, essoufflement, mucosités voire asthme. Les enfants en bas âge, personnes âgées ou malades souffrants de mucoviscidose doivent être particulièrement vigilantes à l’humidité ambiante dans leur logement.
D’autres syndromes ont été observés, chez les personnes résidant depuis plusieurs années dans un lieu humide. Ainsi, maux de tête chroniques, irritation des yeux et fatigue prononcée sont favorisés par l’air vicié d’une pièce sujette à une hygrométrie anormalement élevée.

Aussi, vivre sur le long terme dans une pièce humide n’est pas sain. Il est primordial d’y remédier le plus rapidement possible.